LA FLORE EN GARRIGUE (Les lichens et les champignons)

Added 1/10/2009

LA FLORE EN GARRIGUE LICHENS ET CHAMPIGNONS

LES CHAMPIGNONS COMESTIBLES EN GARRIGUE

PLEUROTE DE PANICAULT
comestibilité >>>>
calendrier :
JFMAMJJASOND
MMMMMMMMMMMM

http://www.atlas-des-champignons.com/photos-site/panicaul.jpg

pleurote du panicault
Ce pleurote pousse au printemps, parfois en été, et en automne dans la région atlantique, ainsi que dans le Midi et le Centre, sur les souches ou même les racines de diverses ombellifères coupées l'année précédente et sur les vieilles souches de panicaut (Eryngium campestre). C'est un très bon comestible, très recherché, dont la saveur est délicate.
    
nom usuel
nom latin
famille
catégorie
pleurote du panicaultpleurotus eryngiipolyporacéespleurote
e chapeau :(4-15 cm ) est assez épais, convexe, charnu, puis étalé et déprimé au centre à la fin. Il est gris brunâtre, brun pâle, brun roux ou brun bistre, mais il peut devenir plus clair en vieillissant. Sa cuticule est lisse, tomenteuse, au début, parfois écailleuse, mais vite glabre. La marge est enroulée puis déployée ou même relevée.
Les lamelles sont larges, arquées, espacées, décurrentes, se réunissant entre elles sur le pied. Blanches, légèrement grisâtres ou teinté d'ochracé pâle à la fin
le pied :(3-7 x 0,8-1,5 cm ) est tantôt central, tantôt un peu excentrique mais moins que chez les autres pleurotes, plutôt court, atténué à la base et même terminé en pointe. Il est ferme, plein, lisse, et glabre. Sa couleur est blanche ou blanchâtre.
la chair :est assez tendre, blanche, épaisse, ferme et un peu tenace dans le pied. L'odeur est agréable, mais faible. La saveur est douce.
les spores :(10-14 x 5-5,5 µm) sont blanches, non amyloïdes, presque cylindriques. La cuticule est filamenteuse.
 
MORILLE CONIQUE
Comestibilité >>>>

calendrier :

JFMAMJJASOND
MMMMMMMMMMMM


http://www.atlas-des-champignons.com/photos-site/cconique.jpg
Cette Morille est très précoce (de février à avril) et pousse dans les forêts de feuillus et de conifères, surtout en montagne mais également en plaine.
C'est un très bon comestible et comme toutes les morilles, elle est toxique à l'état cru ou insuffisament cuite. La cuisson doit être suffisante pour en éliminer les toxines qui disparaissent aux environs de 70°C.

le chapeau :( 5-10 cm) est conique, allongé et obtus.Il est plus ou moins structuré verticalement par des arêtes séparant des alvéoles allongés. Il y a deux sortes d'alvéoles: les uns allongés, àcôtes pouvant en général se suivre d'un bout à l'autre, les autres, à l'intérieur des premiers, disposés en série, presque carrés,rectangulaires ou oblongs. la couleur est foncée, châtain, ocré, brun bistré, souvent nuancé de gris, les côtes longitudinales étant souvent presque noires. Il est creux.
le pied :(1,5- 5 cm X 1-2 cm) comporte au sommet un petit espace libre appelé vallécule qui le sépare du chapeau. ; il est cylindrique, court et est souvent plus large que long. Il est souvent atténué à la base et irrégulier, blanc, plus ou moins ocré et grumeleux en surface.
la chair :a la couleur du pied, la tête est creuse, l'odeur est faible.
les spores :(22-24 x 12-15 µm) sont ocre roux, elliptiques et lisses.
 
CEPE DES PINS
comestibilité >>>>
calendrier :
JFMAMJJASOND
MMMMMMMMMMMM

http://www.atlas-des-champignons.com/photos-site/pin.jpg

Ce cèpe est fort pousse aussi bien sous les pins que sous les feuillus(hêtres) . On le trouve de mai à novembre. Il peut fructifier, quand le temps s'y prête, quatre ou cinq fois par an; Il affectionne les sols calcaires aussi bien que les sols acides. C'est un champignon délicieux qu'on peut accommoder de multiples façons.
le chapeau :(6-25cm ) est d'abord hémisphérique, un peu conique, ou arrondi, puis convexe et plan plus tard , brun rouge à brun jaunâtre allant jusqu'à une teinte ochracé. La cuticule est finenment feutrée au stade juvénile, presque glabreglutineuse et luisante après la pluie ensuite, particulièrement
le pied :(6-15 x 3-7 cm ), est ventru à l'état jeune; ferme, en forme de massue par la suite, recouvert d'un fin réseau discret. composé fines granulations crème, jaunâtres, puis brunissantes, laissant échapper des gouttes laiteuses quand il est bien frais. De couleur rouge brunâtre à la base, il est plus pâle en haut et blanchâtre au début.
la chair :est ferme chez les jeunes sujets, épaisse et tendre ensuite, puis elles'amollit. Sa couleur est blanchâtre, rouge vineux sous la cuticule. Sa couleur ne change pas à la coupe, restant blanc jaunâtre ou jaune. L'odeur est agréable, la saveur est douce. Les tubes sont assez courts, adnés, arrondis à l'insertion. Les pores sont anguleux, petits, jaune clair puis jaune et laissant s'écouler des gouttes laiteuses.
les spores :(14-16 x 4,5-5 µm) sont brun olive en fuseau. Les cystides sont en forme de bouteille ou de fuseau, la cuticule est filamenteuse

GIROLLE
comestibilité >>>>
calendrier :
JFMAMJJASOND
MMMMMMMMMMMM

http://www.atlas-des-champignons.com/photos-site/girolle.jpg

La girolle pousse en groupes, de mai à novembre, en plaine sous les bois feuillus et en montagne plutôt sous conifères, elle préfére les sols siliceux, mais on peut la trouver sur d'autres sols.Attention à ne pas le confondre avec le clitocybe de l'olivier ou le paxille enroulé qui sont toxiques.
C'est un excellent comestible savoureux, très recherché, que l'on peut accommoder de différentes façons, même à l'état cru (en salade, à l'huile d'olive et au citron), cuit en accompagnement de viandes ou de poissons ou encore séché et conservé dans le vinaigre en devenant ainsi un excellent condiment.
le chapeau :(1-12 cm), est épaissi, charnu, convexe, s'étale par la suite et se déprimemarge enrouléelobes assez irréguliers parfois ridés. La cuticule est lisse, glabre allant du jaune d'or à orangé mais cela dépend parfois des arbres près desquels pousse le champignon.. Les plis sous le chapeau, sont de la même couleur que le chapeau, en forme de lames, très dèveloppés, ramifiés liés et très décurrents sur le pied, fourchus et assez larges près de la marge assez vite au centre en formant une sorte d'entonnoir. La devient ondulée et conserve des
le pied :(3-7 x 0,7-2 cm) de couleur plus pâle que le chapeau, est ferme, court, charnu, il est cylindrique, mais attenué ou rétréci à la base.
la chair :est presque blanche, parfois crème, jamais véreuse, épaisse et ferme, un peu fibreuse, de même couleur que le chapeau avec une tendance à brunir avec l'âge . Son odeur agréablement fruitée, pourrait nous la faire comparer à celle de la mirabelle, ou de l'abricot, la saveur est douce  parfois un peu piquante à l'état cru..
les spores :(7-11 x 4-6,6 µm) sont non amyloïde, elliptiques La cuticule est filamenteuse.
 
LE LACTAIRE DELICIEUX
comestibilité >>>>
calendrier :
JFMAMJJASOND
MMMMMMMMMMMM

http://www.atlas-des-champignons.com/photos-site/delicieux.jpg
Ce lactaire qui doit son nom à l'erreur commise par un botaniste (Linné) qui pensait avoir l'équivalent du lactaire sanguin, pousse sur tous types de sols, surtout sur sols sableux ou calcaires, d'août à octobre sous conifères principalement (pins sylvestres et épicéas) dans les zones herbeuses, les mousses humides et les aiguilles de pin. C'est un champignon très acceptable à consommer jeune car il devient vite véreux. On peut le déguster grillé au barbecue ou confit au vinaigre. Attention, il contient un pigment rouge qui teinte les urines en rouge-orangé (sans conséquence).
le chapeau :(8-15 cm), charnu, convexe avec la marge nettement enroulée au début puis s'étalant et se déprimant en prenant une forme de coupe ou d'entonnoir. Sa cuticule est glabre, visqueuse par temps humide, pruineuse par temps sec, rouge-orangé avec des zones concentriques plus foncées se tachant légèrement de vert à maturité.
Les lamelles sont assez serrées, étroites, décurrentes, fragiles, inégales, orangées, se tachant de verdâtre au contact ou avec l'âge.
le pied :(8 cm) est court, dur, raide et cassant, plein au début devenant creux, rempli d'une pruine blanchâtre et cotonneuse. A peu près cylindrique il est toujours élargi au voisinage des lames. De la couleur du chapeau et généralement un peu plus clair. Sa surface est pruineuse et scrobiculée orangé vif.
la chair :est dure et ferme, cassante ensuite, blanche devenant orange à l'air mais verdissant au contact de l'air ou avec l'âge. Elle reste blanchâtre uniquement dans la cavité du pied. Son odeur est douce et fruitée et sa saveur épicée. Elle pique un peu la langue à l'état cru. Elle secrète un lait orangé couleur carotte.
les spores :(7,5-9,5 x 6,2-7 µm) sont blanches, largement elliptiques, à parois épaisses, à pore germinatif évident au sommet. Arête est à grosses cellules polymorphes.

LA TROMPETTE DES MORTS
comestibilité >>>>
calendrier :
JFMAMJJASOND
MMMMMMMMMMMM
http://www.atlas-des-champignons.com/photos-site/mort.jpg
Cette espèce très répandue pousse d'août à novembre, par groupes dans les bois sombres, sous feuillus (hêtres, chênes, châtaigniers,noisetiers) parfois plus rarement sous conifères. Apparement, cette espèce pousserait par cycles de 5 ans où elle serait alors très abondante. C'est un très bon champignon qui peut être desséché ou réduit en poudre sans inconvénient. On peut aussi l'accommoder de différentes façons mais une consommation par trop importante entraînerait des occlusions intestinales, le champignon ne se désagrégeant pas avec les sucs gastriques de l'intestin
le chapeau :(3-8cm) est en forme d'entonnoir ou de trompette mais réceptacle serait un terme plus approprié pour le décrire, formant au début une sorte de tubemarge est mince et ondulée au début puis étalée ensuite.A l'intérieur du pavillon, la coloration est gris brunâtre, pelucheuse, rehaussée de mèches plus foncées. A l'extérieur, elle est lisse, très légèrement ridée. Elle peut devenit rugueuse avec l'âge. Elle est d'une belle couleur gris cendré, avec des reflets bleutés, passant ensuite au bleuâtre et devient noirâtre par temps humide. simplement ourlé vers le haut. Ce tube s'ouvre ensuite pour former un pavillon creusé qui finit par s'étaler. La
le pied :(5-10x 0,5-1,5 cm) est dans le prolongement du chapeau.creux, tubuleux,aminci de haut en bas où il est légèrement renflé.De couleur gris cendré, gris bleu plus foncé à la base, il est parcouru de fines veines lui donnant un aspect fibrilleux.
la chair :est mince et souple, un peu coriace par temps humide et pourtant fragile par temps sec. Sa couleur est grise, grisâtre allant jusqu'au gris très foncé. Sa saveur est douce, son odeur fruitée.
les spores :(12-16 x 7-10 µm) sont blanches, elliptiques et un peu cylindriques.La cuticule est filamenteuse.
 

 

 

Category : La garrigue méridionale | Comments (0) | Write a comment |

LA FLORE EN GARRIGUE (Les fleurs et les arbustes)

Added 30/9/2009

 

http://gardon.cilsia.fr/img/barbarie.jpg

    La flore de la garrigue et des gorges du Gardon présente deux aspects, celui du bord de la rivière et celui des plateaux.

    La flore des plateaux est caractéristique de la flore de la garrigue. Nous y trouvons toutes les espèces méditerranéennes habituelles comme le thym, le romarin, le ciste, etc. Le genévrier, l'arbousier, le pistachier et le cade cohabitent avec le chêne qui règnent maître.
    Les gorges possèdent également de nombreuses orchidées et une multitude de narcisses fleurissent très tôt en saison à l'abri des falaises. Il vaut mieux éviter de tomber dans les figuiers de barbarie qui colonisent les flancs sud des rochers, les iris sauvages sont nombreux, ils sont soit bleus, soit jaunes soit encore blancs...

    Les rives du Gardon sont beaucoup plus humides, on y trouve de grands et beaux arbres mais aussi des fougères, et de plus en plus d'algues qui prolifèrent l'été avec le manque d'oxygène de l'eau...

     

    Fleurs de la garrigue

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_1.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_2.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_3.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_4.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_5.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_6.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_7.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_8.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_9.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_10.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_11.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_12.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_13.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_14.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_15.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_16.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_17.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_18.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_19.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_20.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_21.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_22.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_23.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_24.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_25.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_26.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_27.jpg

    http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_28.jpg  http://gardon.cilsia.fr/flr/dsc_29.jpg

    LA LAVANDE

Les lavandes sont des arbrisseaux dicotylédones de la famille des Lamiacées (ou labiées) et du genre Lavandula, à fleurs le plus souvent mauves ou violettes disposées en épis, dont la plupart des espèces, très odorantes, sont largement utilisées dans toutes les branches de la parfumerie. Elles poussent surtout sur les sols calcaires secs et ensoleillés, à l'exception de La stoechas, qui préfère les sols siliceux.

Toutes les lavandes sont des plantes mellifères, très recherchées par les abeilles.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a7/Landscape_Provence_France_1.jpg/180px-Landscape_Provence_France_1.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/71/Koeh-087.jpg/250px-Koeh-087.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/93/Lavandula-angustifolia-flowering.JPG/120px-Lavandula-angustifolia-flowering.JPG

 

LE THYM

Thymus est un genre de plantes (couramment appelées thym) de la famille des Lamiacées. Ce genre comporte plus de 300 espèces. Ce sont des plantes rampantes ou en coussinet portant de petites fleurs rose pâle ou blanches. Ces plantes sont riches en huiles essentielles et à ce titre font partie des plantes aromatiques. La principale huile essentielle de Thymus vulgaris est un terpénoïde qui lui doit son nom, le thymol, une substance bactéricide. Dans le sud de la France, le thym est aussi fréquemment appelé farigoule (de son nom occitan : farigola).

 

  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fe/Thymian.jpg/250px-Thymian.jpghttp://www.cuisine-astuce.com/wp-content/uploads/2009/06/5giedo38.jpg  http://olharfeliz.typepad.com/photos/uncategorized/thyme.jpg

 

LE LAURIER

Le laurier, ou laurier-sauce, est un arbuste à feuilles persistantes et coriaces, originaire des pourtours de la Méditerranée.

Son nom scientifique est Laurus nobilis L., famille des Lauracées.

Noms communs : laurier-sauce, laurier vrai, laurier franc, laurier noble, laurier des cuisinières, laurier d'Apollon.

Ses feuilles sont utilisées en cuisine pour leur arôme. Cet arbuste est aussi très cultivé pour l'ornementation, notamment pour l'art topiaire. Hors des régions de climat méditerranéen, il est très sensible au gel et souvent cultivé en bacs.

Il ne faut pas confondre le laurier roseavec le laurier. Quand on parle de laurier en fleurs, il s'agit en faitde laurier rose. Celui-ci n'est pas utilisé en cuisine, car toxique(voir ci dessous : 'Les autres lauriers').

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d2/Laurier_sauce.JPG/180px-Laurier_sauce.JPG  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ea/Illustration_Laurus_nobilis0.jpg/250px-Illustration_Laurus_nobilis0.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e8/Laurier.jpg/180px-Laurier.jpg

 

LE ROMARIN

Le romarin, Rosmarinus officinalis, est un arbrisseau de la famille des Lamiacées (ou labiées), poussant à l'état sauvage sur le pourtour méditerranéen, en particulier sur sol calcaire (garrigue). On peut aussi le cultiver dans les jardins. Il possède de nombreuses vertus phytothérapeutiques, mais c'est aussi une herbe condimentaire et une plante mellifère (le miel de romarin est très réputé), ainsi qu'un produit fréquemment utilisé en parfumerie. Son nom signifie mot à mot en latin rosée de mer.

Le romarin peut atteindre jusqu'à 1,50 m de hauteur. Il est facilement reconnaissable en toute saison à ses feuilles persistantes sans pétiole,coriaces, beaucoup plus longues que larges, aux bords légèrement enroulés, vert sombre luisant sur le dessus, blanchâtres en dessous.Leur odeur, très camphrée, évoque aussi l'encens.

La floraison commence dès le mois de février (parfois en janvier) et se poursuit jusqu'en avril-mai. La couleur des fleurs,qui se présentent en grappes assez semblables à des épis, varie du bleu pâle au violet (on trouve plus rarement la variété à fleurs blanches R. officinalis albiflorus). Leur calice est velu, à dents bordées de blanc. Elles portent deux étamines ayant une petite dent vers leur base. La lèvre inférieure de la corolle est profondément divisée, faisant penser au labelle de certaines orchidées. Comme pour la plupart des lamiacées, le fruit est un tétrakène (de couleur brune).

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/07/Plan_de_romarin.JPG/120px-Plan_de_romarin.JPG  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6b/Koeh-258.jpg/250px-Koeh-258.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/16/ChristianBauer_flowering_rosemary.jpg/120px-ChristianBauer_flowering_rosemary.jpg

 

LE FENOUIL

Le fenouil commun (nom scientifique Foeniculum vulgare, syn. Foeniculum officinale)est une plante bisannuelle ou vivace, cultivée pour le renflement  bulbeux et charnu de ses feuilles imbriquées les unes dans les autres.Ce n'est pas un bulbe comme l'oignon comme son nom le laisserait à penser. C'est une plante de la famille des Apiacées (Ombellifères), qu'on rencontre principalement dans les climats méditerranéens.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/28/Foeniculum_vulgare.jpg/220px-Foeniculum_vulgare.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/38/Illustration_Foeniculum_vulgare1.jpg/250px-Illustration_Foeniculum_vulgare1.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/31/Foeniculum_vulgare.JPG/250px-Foeniculum_vulgare.JPG

 

LE GENEVRIER CADE

Le genévrier cade (Juniperus oxycedrus), ou cade, ou encore oxycèdre, est un petit arbre ou un arbrisseau fréquent en région côtière méditerranéenne (du Maroc à l'Iran), où il est l'une des plantes caractéristiques des garrigues et des maquis. Les cônes, comestibles frais, sont bruns à orange. On distingue couramment deux sous-espèces :

  • subsp. oxycedrus, à port érigé, à feuilles très étroites, à fruits petits ;
  • subsp. macrocarpa, plus buissonnant et à gros fruits.

À noter cependant que, dans une monographie récente consacrée au genre Juniperus (Junipers of the World, 2004), R.-P. Adams propose de faire de macrocarpa une espèce à part entière (J. macrocarpa) et de diviser la sous-espèce oxycedrus en deux : J. oxycedrus (ouest du bassin méditerranéen) et J. deltoides (est du bassin).

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Cade2.jpg/250px-Cade2.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8e/Koeh-083.jpg/150px-Koeh-083.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/51/Baies_de_gen%C3%A9vrier.JPG/150px-Baies_de_gen%C3%A9vrier.JPG

 

LE FIGUIER DE BARBARIE

C'est une plante arborescente qui peut atteindre de 3 à 5 mètres de haut. Son organisation en cladodes,couramment appelés « raquettes », est particulière. Les cladodes sont des tiges modifiées de forme aplatie, de 30 à 40 cm de long sur 15 à 25cm de large et de 1,5 à 3 cm d'épaisseur. Unis les uns aux autres, ils tendent à former des branches. Ceux de la base se lignifient pour former au-delà de la quatrième année de croissance un véritable tronc.

Ces cladodes assurent la fonction chlorophyllienne à la place des feuilles, et sont recouvertes d'une cuticule céreuse (la cutine), qui limite la transpiration et les protège contre les prédateurs.

À la base des feuilles se trouvent les aréoles (environ 150 par cladode) qui sont des bourgeons axillaires modifiés, typiques des Cactacées. Leur méristème, selon les cas, produisent des épines et des glochides, ou bien émettent des racines adventives, de nouveaux cladodes ou des fleurs. À noter que même l'ovaire et donc le fruit est couvert d'aréoles susceptibles d'émettre à nouveau des fleurs ou des racines.

Les épinesproprement dites, blanchâtres, sclérifiées, solidement implantées, sont longues de 1 à 2 cm. Il existe des variétés inermes, sans épines.

Les glochides,fines épines de quelques millimètres, de couleur brunâtre, se décrochent facilement, mais munis de minuscules écailles en forme d'hameçons s'implantent solidement dans la peau et sont très difficiles à retirer. Ils se cassent facilement quand on cherche à les enlever.Ils sont toujours présents y compris dans les variétés inermes.

L'appareil racinaire est superficiel, se concentrant dans les 30 premiers centimètres du sol, mais en revanche très étendu.

Les fleurs sont à ovaire infère, uniloculaire. Le pistil est surmonté d'un stigmate multiple. Les étamines sont très nombreuses. Les sépales peu apparents et les pétales bien visibles de couleur jaune orange.

Les fleurs se différencient en général sur des cladodes âgés d'un an, le plus souvent sur les aréoles situées au sommet du cladode ou sur la face la plus exposée au soleil. En principe, une seule fleur apparaît dans chaque aréole. Les jeunes fleurs portent des feuilles éphémères caractéristiques de l'espèce. Un cladode fertile peut porter jusqu'à une trentaine de fleurs, mais ce nombre varie énormément selon la position du cladode sur la plante, son exposition, et aussi selon des facteurs physiologiques (nutrition).


Le fruit, ou figue de Barbarie, est une baie charnue, uniloculaire, à nombreuses graines (polyspermique) dont le poids peut varier de 150 à 400 g. Il dérive de  l'ovaire infère adhérent au réceptacle floral. Certains auteurs le considèrent comme une fausse arille.Sa couleur est variable selon les variétés : jaune, rouge, blanc... La forme est également très variable, non seulement selon les variétés mais aussi selon l'époque de formation : les premiers sont arrondis,les plus tardifs ont davantage une forme allongée de pédoncule. Le nombre de graines est très élevé ; de l'ordre de 300 pour un fruit de160g.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ec/Indian_Fig_-_Opuntia_ficus-indica.jpg/250px-Indian_Fig_-_Opuntia_ficus-indica.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/44/Hoja_de_tuna_silbestre_de_los_andes_venezolanos.jpg/230px-Hoja_de_tuna_silbestre_de_los_andes_venezolanos.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1e/Opuntia_ficus-indica_3.jpg/230px-Opuntia_ficus-indica_3.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a1/Opuntia_ficus-indica_fruit9.jpg/230px-Opuntia_ficus-indica_fruit9.jpg

 

LE GENÊT

Le genêt à balais (Cytisus scoparius) est une espèce d'arbuste à feuillage caduc de la famille des Fabaceae originaire du nord-ouest de l'Europe.

On l'a longtemps utilisé en le laissant sécher pour en faire des balais.

Le genêt à balais atteint une hauteur de 1 à 3 m, rarement 4 m. Les branches principales ont un diamètre pouvant atteindre de 5 à 10 cm.C'est un arbuste très ramifié à port colonnaire, aux tiges vertes anguleuses, aux petites feuilles caduques, simples et lancéolées ou composées et trifoliolées, mesurant de 5 à 15 mm de long.

Au printemps, il se couvre entièrement d'une multitude de fleurs jaunes odorantes, de 15 à 20 mm de largeur et de 20 à 30 mm de longueur, qui laissent rapidement voir les étamines. La fleur de structure complexe et dépourvue de nectar est pollinisée par les bourdons[1]. Elle est fermée jusqu'à ce qu'elle soit visitée par l'insecte puis reste ensuite ouverte.

À la fin de l'été, ses gousses oblongues, de 2 à 3 cm de long, 8 mm de large et 2 à 3 mm d'épaisseur,deviennent noires, éclatent avec un bruit sec et répandent leurs graines autour de la plante mère.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Cytisus_scoparius_jfg.jpg/250px-Cytisus_scoparius_jfg.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Koeh-200.jpg/250px-Koeh-200.jpg  http://www.gb-provence.com/documents/Genet-d%27Espagne-3-web.jpg

 

L'IRIS

L’iris est une plante vivace à rhizomes ou à bulbes de la famille des Iridacées (dont fait également partie le crocus). Le genre Iris contient 210 espèces et d'innombrables variétés horticoles. On trouve souvent dans les jardins des Iris germaniques.

Le mot « iris » est un emprunt médiéval au latin iris, iridis, lui-même emprunté au grec Iris, Iridos désignant la messagère des dieux, personnification de l'arc-en-ciel. Le terme a d'ailleurs longtemps été employé pour désigner l'arc-en-ciel. On le trouve associé à la fleur à partir du XIIIe siècle, en raison de la coloration de ses pétales, aux reflets irisés.

On trouve des iris dans tout l'hémisphère nord, aussi bien en Europe qu'en Asie, en Afrique du Nord et en Amérique du Nord. Déjà considéré comme sacré par les Égyptiens, l'iris est devenu, sous le nom héraldique de fleur de lys, le symbole de la royauté en France. Aujourd'hui, l'iris des marais (Iris pseudacorus, également appelé Iris faux-acore), à la belle couleur jaune, est l'emblème de la ville de Bruxelles, tandis que l'iris versicolore (I. versicolor) est celui du Québec depuis 1999. L'iris d'Angleterre (Iris latifolia) est en fait à l'origine une belle espèce endémique des Pyrénées.

Certaines espèces sont très recherchées en parfumerie pour leur rhizome, dont on extrait l'essence d'iris et son principal composant, l'irone. Ce sont Iris germanica avec surtout sa forme blanche plus connue sous le nom d'iris de Florence et Iris pallida, cultivé en Italie et au Maroc. Il semble que la mode de l'iris comme parfum ait été lancée par Catherine de Médicis. Au XVIIe siècle, on l'utilisait en poudre pour les cheveux : le rhizome était pilé, puis tamisé, donnant une poudre qui sentait très bon la violette,propriété due à l'irone. Après avoir été un moment considéré comme démodé, l'iris entre toujours aujourd'hui dans la composition de nombreux parfums, associé aux notes florales ou comme note de fond.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Iris.jpg/250px-Iris.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/IrisAnglica.jpg/200px-IrisAnglica.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/db/Iris_versicolor_4.jpg/200px-Iris_versicolor_4.jpg

 

L'ARBOUSIER

L'Arbousier (Arbutus unedo), fraisier en arbre ou arbre à fraises, est une espèce d'arbustes ou de petits arbres notamment répandus dans le Midi de la France de la famille des Ericaceae.

Pline l'Ancien explique ainsi son nom de « unedo » que Linné réutilisera pour le nom scientifique de l'espèce[1] : « L'arbouse est un fruit sans mérite; le nom qu'il porte (unedo) l'indique; il vient de ce qu'on ne mange qu'une arbouse (unum edo) ».

Les arbouses, fruits de l'arbousier, assez méconnues en France, sont appréciées en Espagne où elles entrent dans la composition de certains gâteaux, et au nord du Maroc où les enfants les vendent au bord des routes du Rif en novembre ainsi qu'en Algérie.

Cette espèce est considérée comme sensible au feu et pyrophile[2].

L'arbousier est un arbre de 5 à 15 mètres de haut.

Ses feuillesà bordure dentée d'une dizaine de centimètres de long sont persistantes ovales, vert foncé luisant au-dessus, vert pâle dessous. Elles sont riches en tanins.

Les fleurs blanc-verdâtre, en forme de clochettes blanches pendent en grappes et apparaissent en septembre-octobre.

Le fruit, appelé arbouse (ou fraise chinoise), rouge orangé à maturité, est une baie charnue, sphérique, à peau rugueuse, couverte de petites pointes coniques. C'est un fruit comestible, sans goût très prononcé, qui est mûr en hiver. Il est riche en vitamine C. La chair est molle, un peu farineuse, acidulée et sucrée, et elle contient de nombreux petits pépins. Les fruits mettent un an pour arriver à maturité. Il n'est pas rare de voir le même rameau porter les fleurs de l'année et les fruits mûrs nés des fleurs de l'année précédente.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cb/Arbouses.jpg/250px-Arbouses.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/af/Arbutus_unedo_-_tree.jpg/250px-Arbutus_unedo_-_tree.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5b/Arbutus_unedo_hojas.jpg/180px-Arbutus_unedo_hojas.jpg

 

LE LILAS D'ESPAGNE

Le centranthe rouge (Centranthus ruber) appelée lilas d'Espagne ou valériane rouge est une plante herbacée vivace de la famille des Valérianacées (famille aujourd'hui parfois agrégée aux Caprifoliacées).

C'est une plante assez grande formant des touffes, aux tiges et feuilles vert-grisâtre, assez charnues, aux feuilles supérieuresengainantes, aux fleurs parfumées, roses, rouges ou blanches, à éperon.Elle se plaît dans de nombreux endroits et affectionne particulièrement les vieux murs ou les rochers ensoleillés.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ea/Centranthus_ruber_form.jpg/120px-Centranthus_ruber_form.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/e/e7/Centranthus_ruber.jpg/250px-Centranthus_ruber.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9c/Lilas_d%27espagne.jpg/117px-Lilas_d%27espagne.jpg

 

LE LILAS

Syringa vulgaris, le lilas commun ou lilas français est un arbrisseau ornemental de la famille des Oleaceae. Il existe une variété à fleurs blanches.

Ses feuilles, non coriaces, sont opposées et pétiolées, pointues au sommet.

L'inflorescence est une grappe composée appelée thyrse.

Les fleurs comportent quatre pétales, la corolle formant un long tube à la base. Elles sont le plus souvent de couleurlilas, mais elles peuvent aussi être blanches ou rougeâtres.

Son fruit est une capsule.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f5/Syren.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2c/Lilac_%282%29.jpg/250px-Lilac_%282%29.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/35/Lilac_Flower%26Leaves%2C_SC%2C_Vic%2C_13.10.2007.jpg/450px-Lilac_Flower%26Leaves%2C_SC%2C_Vic%2C_13.10.2007.jpg

 

L'ASPERGE SAUVAGE

Asparagus acutifolius est une espèce appartenant à la famille des Asparagaceae. Cette espèce est très courante dans le Sud-Est de la France.

Elle ressemble a Asparagus fallax. Ses pousses du printemps sont comestibles, bien qu'elles soient beaucoup moins grosses que les pousses d'Asparagus officinalis qui sont, elles, commercialisées.

  • Les Asparagacées sont généralement originaires des régions tempérées chaudes et subtropicales, où elles sont largement répandues.

Les racine et tige 

Les feuilles 

  • Une des caractéristiques de cette famille est les feuilles très réduites, généralement jusqu’à l’état d’écailles plus ou moins épineuses. Elles abandonnent souvent leurs fonctions chlorophylliennes.
  • Les feuilles sont dépourvues de stipules.
  • Les feuilles ne doivent pas être confondues avec les cladodes,de nombreux et courts rameaux plats, visibles sur les tiges. Ce sont ces cladodes qui assurent le fonctionnement chlorophyllien.
  • Il est néanmoins important de faire remarquer que l’introduction de nouveaux genres dans la famille, par l’APG II remet en question cette description traditionnelle des feuilles d’Asparagacées.

La ou les fleurs 

  • Selon les espèces, on retrouve tous les grands schémas de reproduction : les plants sont soit monoïques, soit dioïques, on trouve des cas d’hermaphrodisme, de polygamie.
  • Il en résulte des inflorescences diverses : les fleurs peuvent être solitaires ou groupées en cyme, en ombelle ou en grappe.
  • Les fleurs sont petites et régulières (cycliques).
  • Le périanthe est composé de trois pétales et trois sépales, indissociables. Ces six tépales sont soit libres soit soudés. Les fleurs sont donc fondamentalement trimères.
  • Les six tépales ont l’aspect de pétales (pétaloïdes), soit l’aspect de sépales (sépaloïdes).
  • L’androcée contient 6 étamines toutes fertiles disposées sur deux verticilles (diplostémones). Les anthères semblent être insérées par leur partie dorsale (dorsifixes) et s’ouvrent vers l’intérieur de la fleur (introrses). Enfin la déhiscence des anthères est longitudinale.
  • Le gynécée est formé de trois carpelles soudés. Les ovaires, triloculaires, sont supères. Chaque fleur n’a qu’un style mais avec deux à douze ovules par loge, qui ont une placentation axile. Les ovules prennent des positions multiples selon les espèces.

Le fruit 

  • Typiquement, le fruit est une baie.
  • Les graines sont albuminées (plus ou moins selon les genres et espèces)
  • L’embryon peut être droit jusqu’à courbé.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/89/Asparagus_acutifolius_frutos.jpg/250px-Asparagus_acutifolius_frutos.jpg  http://www.lakko.fr/images/asparagus-acutifolius.jpg  http://storage.canalblog.com/06/05/173816/24797896_p.jpg

 

LE BUIS SAUVAGE

Les Buis (Buxus) sont un genre d'arbuste à l'odeur caractéristique, de la famille des Buxacées.Cette odeur pourrait être due à un composé contenant un groupement thiol, le 4-méthyl-4-sulfanylpentan-2-one (4MSP), également identifié dans le sauvignon.

Deux espèces sont indigènes en Europe. La première, le Buxus balearica, se trouverait encore à l'état sauvage en Andalousie. On en trouve quelques spécimens aux îles Baléares et en Sardaigne. L'autre espèce, très commune, Buxus sempervirens, se trouve dans toute l'Europe continentale et méditerranéenne. Buxus balearica, (également appelé buis de Mahon), est peu utilisé en horticulture.

Son aspect est brillant après polissage, ce qui en fait un matériau très utilisé pour faire des pièces d'échecs.

C'est une plante à croissance très lente, qui peut vivre plusieurs siècles. Son bois est particulièrement dur, ce qui lui valut d'être utilisé comme matériau pour fabriquer des outils durant la préhistoire avant la maitrise du métal. C'est un végétal particulièrement tenace et robuste, qui peut croître spontanément sur des zones importantes, en utilisant l'un ou l'autre de ses modes de reproduction :

  • la graine, qui est de couleur noire
  • le marcottage naturel : les branches basses d'un buis qui rampent sur le sol, s'enracinent fréquemment pour former un nouveau pied

Certains ouvrages le donnent pour un diamètre maximal de 15 cm. Les buis plus gros sont rares à présent mais il en existe encore des exemples de 80 cm de diamètre et 4m de fut dans la buxaie de Coudrée en Haute-Savoie.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/57/Buxus_sempervirens_IMG_0980.JPG/180px-Buxus_sempervirens_IMG_0980.JPG  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/41/Illustration_Buxus_sempervirens1_cleaned.jpg/250px-Illustration_Buxus_sempervirens1_cleaned.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f2/Buxus.sempervirens.flowers.jpg/250px-Buxus.sempervirens.flowers.jpg

 

LE HOUX SAUVAGE (faux houx)

Le fragon faux houx (Ruscus aculeatus) encore appelé petit houx est un arbuste de la famille des Liliaceae (ou des Ruscaceae, selon la classification phylogénétique).

C'est un arbuste rhizomateux, très ramifié, aux rameaux secondaires alternes transformés en cladodes ovales terminés par une épine, aux petites fleurs verdâtres à 6 tépales (3 grands, 3 petits). Les fruits sont des baies rouges.

Caractéristiques

  • organes reproducteurs:
  • graine:
  • Habitat et répartition:
    • Habitat type: sous-bois herbacés médioeuropéens, basophiles
    • Aire de répartition: méditerranéen-atlantique
    • http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c8/Ruscus_aculeatus_jfg.jpg/250px-Ruscus_aculeatus_jfg.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7c/Illustration_Ruscus_aculeatus0.jpg/250px-Illustration_Ruscus_aculeatus0.jpg  http://storage.canalblog.com/95/29/173816/24797749_p.jpg

 

 

 

 

Category : La garrigue méridionale | Comments (1) | Write a comment |

LA FAUNE DE LA GARRIGUE (Les rapaces)

Added 30/9/2009

    La garrigue est peuplé par de nombreux animaux, nous ne les évoquerons pas tous. Par contre,voici quelques précisions sur les plus intéressants.

    Les animaux les plus remarquables de la garrigue sont sans nul doute les rapaces. Nous avons l'immense chance d'avoir des aigles de Bonelli, des faucons et des vautours dans les gorges du Gardon. L'aigle de Bonelli est un rapace sédentaire d'une envergure de 1,80 mètre. Il présente un ventre clair aux promeneurs qui lèvent la tête. La ponte s'effectue en janvier et le premier vol des aiglons se déroule au mois de mai. C'est un rapace extrêmement rare mais vous aurez peut-être l'occasion de l'observer. Le faucon crécerelle est plus commun par contre. Il est caractérisé par un vol en suspension que l'on appelle "le St Esprit". L'oiseau qui mesure 70 cm d'envergure, peut rester longtemps en arrêt au-dessus d'un proie. Le vautour percnoptère est un charognard qui peut faire jusqu'à 1,5 m. d'envergure, il a des allures de cigogne. Le circaete Jean le Blanc est lui aussi migrateur, il se nourrit de serpents.

    On peut observer des guêpiers dans la région. Cet oiseau aux belles couleurs, nichent dans les falaises tendres. Son refuge se trouve tout au bout d'une longue galerie qui ne fait que 4 à 5 cm de large, creusée dans d'anciennes carrières ou bien des escarpement sablonneux. Ils se nourrit de guêpes évidemment ! le cingle plongeur est très rare dans la région, cet oiseau niche derrière les cascades, il plonge et nage dans l'eau et se nourrit de petits animaux aquatiques.

    Dans le Gardon, nous avons de nombreux poissons bien sûr; de l'ablette jusqu'à la truite Fario... Les immenses bancs de poissons que l'on peut observer à Collias par exemple sont formés de hotus, des poissons rempli d'arêtes qui n'intéressent guère les pêcheurs...Les castors sont bien plus discrets mais il est courant d'en apercevoir à la tombée de la nuit. Ces animaux nagent en silence, seule leur tête sort de l'eau. Ils peuvent atteindre 35 kg et 1,20 m de long. On les distingue de ragondins grâce à leur queue plate qui leur sert de gouvernail.Leur chasse est interdite depuis 1909. Ils mangent l'écorce des arbres et fabriquent leur repère à l'aide de branchage. Ils se sont réfugiés à Collias après les aménagements hydroélectriques réalisés sur le Rhône à hauteur de l'île de la Barthelasse.

    À la tombée de la nuit,les promeneurs peuvent observer des nuées de petits oiseaux qui virevoltent en tout sens. Il s'agit en fait de la plus petite des chauve-souris, la pipistrelle. Très commune à Collias,elle sort de sa cachette à la tombée du jour et peut engloutir plus de 200 insectes par nuit.

    Les gorges du Gardon sont peuplées de couleuvres, toutes inoffensives pour l'homme. La couleuvre viperine est aquatique, la couleuvre à colliers et assez petite tandis que la couleuvre de Montpellier peut atteindre 2mètres. Ne les tuez pas, elles sont très utiles pour l'équilibre naturel des gorges
    N'oublions pas le sanglier qui prolifère. Avec un peu de chance, vous en obseverez au petit matin venant s'abreuver à la rivière. Du côté de Collias, il ne sont pas très farouches, des habitants en ayant surpris dans leur jardin...

    L'homme ne doit pas se comporter en prédateur. Lorsque vous promenez, vous êtes l'hôte de la faune et de flore. Respectez tous les animaux, aussi bien ceux qui sont protégés que les autres qui peuvent sembler moins attachants. Même les araignées doivent vivre en paix, inutile d'ennuyer l'épeire diadème qui tisse sa toile au milieu du sentier... tâchez de passer en faisant le moins de dégâts possibles...

     

    LES OISEAUX RAPACES

    L'aigle de Bonelli

L'Aigle de Bonelli (Hieraaetus fasciatus) se rencontre en Eurasie et en Afrique. Plus petit que l'aigle royal,il niche dans les régions montagneuses rocheuses à faible altitude. Onpeut par contre le rencontrer en plaine ou dans des zones marécageusesen hiver. Il fait 65 à 74 cm, a une envergure de 150 à 170 cm et pèseentre 1 500 et 2 100 grammes.

Cette espèce a été découverte en 1815 par Franco Andrea Bonelli (1784-1830), grand ornithologue italien. Elle lui a été dédiée par Louis Vieillot (1748-1831) en 1822.

L'Aigle de Bonelli est l'une des espèces de rapaces les plus menacéesen France. Il ne subsiste que 28 couples en 2006 sur le bassinméditerranéen français. Le programme Life Consavicor coordonné par la Ligue pour la protection des oiseaux de l'Aude vise la conservation de l'habitat de deux couples de cet aigle dans la zone de protection spéciale des basses Corbières.

 http://aigledebonelli.fr/images/Aigle-de-Bonelli2_DavidLac.gif  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/94/Habichtsadler.jpg/250px-Habichtsadler.jpg  http://www.oiseaux.net/oiseaux/falconiformes/images/aigle.de.bonelli.rele.1g.jpg

 

 

L'AIGLE ROYAL

L' Aigle royal est un grand rapace de la famille des Accipitridés. Il est protégé dans certains pays depuis les années 1970.

L'Aigle royal (Aquila chrysaetos), dont la taxinomie latino-grecque Aquila chrysaetos signifie Aigle doré est un rapace diurne qui mesure de 80 cm à 90 cm de long pour les mâles et de 90 à 100 cm de long pour les femelles. L'envergure de ses ailes, larges et arrondies en V, est d'environ 190 cm à 220 cm pour les mâles et de 220 cm à 250 cm pour les femelles. Il pèse de 3,5 kg à 5 kg pour les mâles et de 6 kg à 7,5 kg pour les femelles. Ces dernières sont donc en moyenne plus grandes etplus lourdes que les mâles. Il existe différentes sous espèces d'aigle royal, ce qui explique les grands écarts de taille et de poids. La plus grande sous espèce est la sous espèce nominale.

Son bec qui mesure de 4,5 cm à 6,5 cm de long est crochu, comme celui de la majorité des oiseaux prédateurs,ce qui lui permet de mettre en morceau des proies. Ses serres sont énormes et l'ongle de son pouce, l'avillon, qui lui sert à transpercer ses proies, ne mesure pas moins de 7 cm de long et peut transpercer un crâne de renard, de bouquetin ou de loup de part en part. La couleur de son plumage varie avec l'âge : le bébé aigle royal est blanc et il présente de grandes cocardes blanches sur les ailes et la queue avant sa maturité sexuelle (vers 5 ou 6 ans) puis son plumage est brunsombre. En vol, on peut remarquer des plumes plus claires sur les ailes. Son cou et sa tête sont dorés ce qui lui a valu son nom de Golden eagle en anglais. Il a une vue 8 fois plus perçante que celle d'un homme. L'aigle royal est, après la harpie féroce,le plus puissant de tous les rapaces prédateurs. C'est aussi l'un des oiseaux les plus rapides : il fond sur sa proie à une vitesse de 160km/h.

Son espérance de vie est de 35 ans, même si certains, en captivité, ne sont morts que vers 45 ans.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/91/GoldenEagle-Nova.jpg/250px-GoldenEagle-Nova.jpg  http://image-photos.linternaute.com/image_photo/550/autres-animaux-autres-rapaces-autres-oiseaux-lagny-sur-marne-france-303003192-622503.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/eb/Steinadler_Aquila_chrysaetos_closeup2_Richard_Bartz.jpg/240px-Steinadler_Aquila_chrysaetos_closeup2_Richard_Bartz.jpg

 

LA BUSE VARIABLE

La buse variable (Buteo buteo) est un rapace diurne de la famille des accipitridés aux formes lourdes, au bec et aux serres faibles.

La buse variable a une taille d'environ 50 à 55 cm, la largeur de ses ailes est de 46 à 58 cm pour une envergure de 110 à 130 cm.

C’est un oiseau que l'on rencontre en Europe centrale et une partie de l'Asie.

Les buses nichent dans les arbres, mais n'y dorment pas, elles le feront quand elles auront leurs petits (elles pondent deux à quatre œufs(blancs) par an),souvent le nid est fabriqué à même le sol,en attendant elles dorment sur des branches. On peut aussi en observer aux abords des grandes villes.

Un oiseau de cette espèce a été trouvé fin mars 2006 à Berlin/Allemagne atteint du virus H5N1.

http://csosl.free.fr/spip/IMG/cache-637x480/buse_variable_3-637x480.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1d/Buteo_buteo_5_%28Marek_Szczepanek%29.jpg/250px-Buteo_buteo_5_%28Marek_Szczepanek%29.jpg  http://causses-cevennes.com/faune/birds-oiseaux/images/buse%20variable.jpg

 

LE VAUTOUR FAUVE

Le vautour fauve (Gyps fulvus) est une espèce d'oiseau charognard de la famille des Accipitridae.

Comme la plupart des vautours de la famille gyps, le cou et la tête sont dénudés permettant de fouiller dans les carcasses sans se souiller les plumes. Le poids moyen d'un vautour fauve est de 8 kilos et son envergure maximale de 2,65 mètres. Il vit de 25 à 50 ans.

Le vautour fauve est un oiseau planeur; lourd et massif, il utilise les courants ascendants thermiques pour planer et peut parcourir ainsi des centaines de kilomètres à la recherche de nourriture.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4e/Eagle_beak_sideview_A.jpg/250px-Eagle_beak_sideview_A.jpg  http://www.oiseaux.net/oiseaux/falconiformes/images/vautour.fauve.hedr.0g.jpg  http://www.oiseaux.net/oiseaux/falconiformes/images/vautour.fauve.yvlh.2g.jpg

 

LE VAUTOUR MOINE

Le Vautour moine (Aegypius monachus) est une espèce de rapace diurne charognard appartenant à la famille des Accipitridae, dont il ne reste que trois populations, relictuelles, en Europe où il est maintenant protégé.

C'est la seule espèce du genre Aegypius. Le Vautour oricou (Torgos tracheliotus) est rarement inclus dans ce genre sous le nom de Aegypius tracheliotus.

C'est le plus grand rapace d'Europe puisqu'il mesure environ 3 mètres d'envergure. Il est un peu plus grand que le Vautour fauve(97 à 105 cm au lieu de 95 à 102 cm) auquel il ressemble par la silhouette en particulier, bien que plus léger (7 à 10 kg). Il s'en distingue par la tête plus grosse et la queue plus longue.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/85/Aegypius_monachus.jpg/250px-Aegypius_monachus.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cf/Blackvultsm.JPG/250px-Blackvultsm.JPG  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/57/Vautourmoine.jpg/800px-Vautourmoine.jpg

 

LE VAUTOUR PERCNOPTERE

Le percnoptère (Neophron percnopterus), appelé aussi percnoptère d'Égypte, est un vautour de l'ancien Monde et que l'on trouve en Afrique autour du Sahara (Maghreb et sud saharien), dans le sud de l'Europe (Espagne, Italie, Grèce, bassin de la mer Noire et sud de la France), et en Asie de la Turquie jusqu'à l'Inde.

Il peut être désigné de façon désuète par le nom de Alimoche ou Catharte alimoche. En Béarn, il est également appelé le Marie-Blanque (En béarnais : Maria Blanca), et a donné son nom au col de Marie-Blanque, un col des Pyrénées françaises situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques (64) sur la route de liaison entre la vallée d'Aspe et la vallée d'Ossau.

Sa taille est de 58 à 78 cm, avec une envergure de 150 à 180 cm,pour un poids 1,5 à 2 kg, en fait le plus petit vautour de l'ancien Monde.

Il se caractérise par une face jaune, un bec long et mince, de couleur jaune également (le bout du bec peut être noir), un plumageblanc sauf pour la partie terminale des ailes (rémiges) qui est noire.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/47/Egyptian_vulture.jpg/250px-Egyptian_vulture.jpg  http://www.voyage-en-cappadoce.com/gals/images/vautour-percnoptere.jpg  http://www.linternaute.com/environnement/magazine/dossier/les-sites-et-animaux-menaces-dans-le-monde/image/vautour-percnoptere-317418.jpg

 

LE MILAN ROYAL

Le Milan royal (Milvus milvus) est un rapace très commun en Corse, ainsi qu'en Suisse.Cette espèce est également présente en France essentiellement dans un grand quart nord-est du pays, avec une importante population dans le Massif central.

En ancien français et encore au XVIe siècle, on l'appelle escoufle. Ainsi, Guillaume Saluste du Bartas, dans La Sepmaine, V, 661 : « Le ravissant Escoufle, à qui la queue sert / De gouvernal fidele »

Il est facilement identifiable par ses ailes caractéristiques et le forme de sa queue.

http://pagesperso-orange.fr/marie-christine.dehayes/photos/milan_royal_presnoir.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4b/Milvus_milvus_R%28ThKraft%29.jpg/250px-Milvus_milvus_R%28ThKraft%29.jpg  http://milan-royal.lpo.fr/espece/milan_noir.jpg

 

LE MILAN NOIR

Le Milan noir (Milvus migrans) est un rapace de taille moyenne de la famille des Accipitridae.

Ce milan est une espèce à l'aire de répartition extrèmement vaste qui comprend les zones tempérées et tropicales d'Eurasie, l'Afrique tropicale et une partie de l'Australasie.

Curieusement cette espèce est absente de la majorité des îles de l'archipel indonésien.

On distingue les sous-espèces suivantes:

  • Milvus migrans migrans, le milan noir paléarctique, au bec noir. C'est un migrateur venu d'Afrique durant la saison chaude. Il niche dans un arbre ou sur une corniche, et excelle à attraper ses proies à la surface de l'eau, après un rapide piqué.
  • Milvius migrans aegyptius, le milan noir d'Afrique du Nord-est, sédentaire (bec jaune).
  • Milvius migrans parasiticus, le milan noir d'Afrique tropicale, sédentaire (bec jaune).
  • Milvus migrans lineatus, le milan noir asiatique lui aussi migrateur.
  • Milvus migrans govinda, une sous-espèce sédentaire en Inde et au Pakistan.
  • Milvus migrans affinis, la sous-espèce australasienne elle aussi sédentaire.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6d/Milvus_migrans_front%28ThKraft%29.jpg/250px-Milvus_migrans_front%28ThKraft%29.jpg  http://www.vertdeterre.com/nature/img/oiseau/milan_noir.jpg  http://a9.idata.over-blog.com/0/54/12/95/oiseaux/milan-noir.jpg

LE FAUCON PELERIN

Le faucon pèlerin (Falco peregrinus) est un rapace robuste de taille moyenne, réputé pour être l’oiseau le plus rapide du monde. Ses proies sont presque exclusivement desoiseaux,mais certains individus peuvent également s'attaquer à depetits animaux terrestres. Ce faucon ne construit pas de nid, et niche essentiellement sur des falaises, plus rarement sur des arbres, des structures ou des bâtiments élevés. Ses populations ont très fortement diminué après la Seconde Guerre mondiale, en particulier du fait de la pollution au DDT. Depuis sa protection dans les années 1980, ses populations sont à nouveau en expansion.

L'aire de répartition de l'espèce s'étend sur 10 000 000 km². Elle compte une vingtaine de sous-espèces et est l'un des oiseaux dont l'aire de dispersion est la plus importante au monde, l'espèce est en effet présente sur tous les continents sauf l'Antarctique.

Il a souvent été apprivoisé dans le cadre de la fauconnerie, et comme les autres falconidés il a été considéré en Europe comme nuisible lorsqu'il est sauvage.

Description

Chez la sous-espèce nominale Falco peregrinus peregrinus, le dos est gris foncé, le ventre est crème avec des dessins noirs.Les joues sont blanches, avec une sorte de tache noire en forme de moustache. Les pattes sont jaunes, le bec est noir-bleuté, court et recourbé dès la base et les yeux sont noirs. Les juvéniles sont bruns avant de prendre la couleur des adultes. De légères variations peuvent  exister au sein des autres sous-espèces. Comme pour les autres Falconidae, la femelle est plus grande et plus lourde que le mâle, parfois de 30 % (on parle souvent des mâles comme étant tiercelet). Les narines de l'animal sont également dotées de sortes de déflecteurs, de cônes irréguliers (comme l'entrée des réacteurs d'avions), qui lui permettent de respirer pendant ses piqués.

Caractéristiques physiques

MâleFemelle
Taille38 à 46 cm46 à 54 cm
Envergure90 à 100 cm104 à 113 cm
Poids600 à 750 g900 à 1 300 g

Le faucon pèlerin est un animal plutôt silencieux. Son cri le plus fréquent est un « ka yak, ka yak » assez perçant et sec. En cas d'alerte, le cri est un rapide « kek-kek-kek » qui peut aller en s'amplifiant si un intrus continue de s'approcher. Il existe aussiuncri plus traînant au moment des parades d'accouplement. On dit que le faucon huit ou qu'il réclame. Pour entendre un cri :

Lesyeux des faucons pèlerins ont deux fovéas, pour les vues normale et lointaine. La vue utilise la moitié du volume du cerveau etpeutpercevoir en même temps trois zones, une frontale en relief et deux latérales lointaines, capables de détecter un pigeon en vol à plus de six kilomètres.

Certains animaux captifs ont vécu jusqu'à 25 ans (record enregistré), mais la durée de vie dans la nature est beaucoup plus courte, de l'ordre de 13ans en moyenne. Le taux de survie des adultes est estimé à 70%.


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Faucon_pelerin_7_mai.jpg/180px-Faucon_pelerin_7_mai.jpg   http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Falco_columbarius.jpg/250px-Falco_columbarius.jpg   http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1a/Peregrine_falcon_x.jpg/250px-Peregrine_falcon_x.jpg



LE GRAND CORBEAU

Le Grand Corbeau (Corvus corax) est un oiseau de la famille des corvidés, le plus grand de l'ordre des passériformes. Présent dans tout l'hémisphère nord, c’est l’espèce de corvidé dont l’aire de répartition est la plus étendue. Avec le Corbeau corbivau, c’est le plus gros des corvidés et probablement le passereau le plus lourd. Les Grands Corbeaux vivent généralement de 10 à 15 ans mais certains individus ont vécu 40 ans. Les juvéniles peuvent sedéplacer en groupes mais les couples appariés restent ensemble pour la vie, chaque couple défendant un territoire. Huit sous-espècesont été décrites qui varient très peu en apparence ; des études récentes montrent toutefois des différences génétiques significatives entre les populations de diverses régions.

Le Grand Corbeau coexiste avec les humains depuis des milliers d’années et dans certaines régions il est si commun qu’il est considéré comme une espèce nuisible. Une partie de son succès est due à son régime omnivore ; le Grand Corbeau est extrêmement opportuniste, se nourrissant de charognes, d’insectes, de déchets alimentaires, de céréales, de baies, de fruits, d'œufs et de petits animaux. Plusieurs cas remarquables de résolution de problèmes ont été observées chez cette espèce, ce qui laisse penser que le Grand Corbeau est extrêmement intelligent.

À travers les siècles, le Grand Corbeau a été le sujet de mythes, de folklore et de représentations dans les arts et la littérature. Dans plusieurs cultures anciennes, incluant celles de la Scandinavie, de l’Irlande, du Pays de Galles, du Bhoutan, de la côte nord-ouest de l'Amérique du Nord, de la Sibérie et de l’Asie du nord-est, le Grand Corbeau a été révéré en tant que dieu ou symbole spirituel[1].

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b8/Corvus_corax_%28NPS%29.jpg/250px-Corvus_corax_%28NPS%29.jpg  http://www.oiseau-libre.net/Ressources/DessinsOiseaux/GrandcorbeauDessin.gif  http://www.oiseau-libre.net/Photos/CAV/GrandCorbeau_CAV.jpg

 

LA PIE BAVARDE

La pie bavarde (Pica pica), est l'un des grands corvidés les plus connus. Elles peuvent aisément être identifiées grâce à leur morphologie et à leur plumage noir et blanc caractéristique. Elles sont aussi connues sous le nom d'ageasse (dialecte poitevin) ou ajaça (occitan limousin) dans le sud-ouest de la France, ou encore d'agace (agaça) en Provence.

De grande taille et dotée d'une longue queue, le mâle étant légèrement plus grand que la femelle,la pie bavarde arbore un plumage noir sur le dessus du corps, au niveau de la tête, de la poitrine et de la partie sous-caudale, et blanc auniveau du ventre, des flancs, des mains et à la base des ailes. Le plumage noir montre des reflets métallisés, bleuâtres sur les ailes,violacés sur le corps et la tête, et verdâtre sur la queue.

  • Taille : 40 à 51 cm
  • Taille de la queue : 20 à 30 cm
  • Envergure : 52 à 60 cm
  • Poids : 200 à 250 g
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0d/Magpie_%28Pica_Pica%29.jpg/250px-Magpie_%28Pica_Pica%29.jpg  http://lesoiseauxfamiliersdesjardinsetparcsdewallonie.blogspirit.com/images/medium_piebavarde.3.jpg  http://a21.idata.over-blog.com/300x200/0/48/03/25/Pie-bavarde-3-copie-1.jpg

LA CORNEILLE NOIRE

La corneille noire (Corvus corone) est un oiseau de l'ordre des passériformes et de la famille des corvidés.

La corneille est un oiseau qui se rencontre couramment en Europe du nord et en Amérique,principalement à la campagne, mais également en zone urbaine. Elle mesure de 44 à 51 cm de long pour un poids de 540 à 680 gr. Son envergure est de 94 à 109 cm.

Elle possède une robe noire brillante, des pattes noires, un bec gris foncé à noir, trapu et effilé, qui la différencient de sa sœur, lacorneille mantelée et de ses cousins plus grands et beaucoup plus rares, le corbeau freux ou le grand corbeau. Les deux sexes sont identiques (pas de dimorphisme sexuel). Son cri est rauque et puissant, on dit qu'elle criaille, craille, babille, corbine ou graille.

La corneille noire vit en couples territoriaux quand elle est adulte, en bande pour les juvéniles. Sa période de nidification s'étend de mars à juin : le nid,constitué de brindilles, est installé le plus souvent sur la fourche d'un arbre, mais on en voit aussi dans des structures métalliques et parfois même au sol. Elle pond une seule fois, jusqu'à une demi-douzaine d'œufs.

Elle se nourrit surtout de cadavres, de petits animaux (en bord de mer, elle est capable de se nourrir de coquillages)et, en zone d'habitation humaine, de déchets. Elle pille également les autres nids. A la campagne elle craint le voisinage de l'homme qui souvent cherche à la détruire ignorant les services qu'elle lui rend et ne lui reprochant que les dégâts qu'elle peut occasionner aux cultures,mais en ville elle a su parfaitement s'y habituer, s'approchant de très près de ceux qui la nourrissent.

Sa longévité serait d'une vingtaine d'années.

http://domenicus.malleotus.free.fr/a/img/corneille_noire_044_(perchee).jpg  http://domenicus.malleotus.free.fr/a/img/corneille_noire_061.jpg  http://domenicus.malleotus.free.fr/a/img/corneille_noire_047.jpg

     

     

 

 

Category : La garrigue méridionale | Comments (1) | Write a comment |

| Contact author |