LA FAUNE DE LA GARRIGUE (Les insectes)

Added 20/10/2009

LES INSECTES DE LA GARRIGUE

Les insectes (Insecta) forment la classe des hexapodes, elle-même incluse dans un des sous-embranchements des arthropodes, les mandibulates. On connaît un insecte marin, la punaise Halobates bien que la majorité d'insectes aquatiques vivent en eau douce. On les trouve sous presque tous les climats, du plus chaud au plus froid. Les scientifiques ont décrit près de un million d'espèces (soit environ les deux tiers des espèces animales connues), et il pourrait en exister 30 millions.

Leur corps est composé de trois parties : tête, thorax et abdomen. Ils ont six pattes, quatre ailes et deux antennes. Cette description est une généralité, l'évolution ayant fait que par spécialisation, certains éléments peuvent être atrophiés : par exemple la mouche n’a que deux ailes, une paire d’ailes ayant été transformée en « balancier ». Les araignées, ayant huit pattes, ne sont pas des insectes ; ce sont des arachnides.

Hémiptères (punaises, cigales,...) 

Les caractéristiques des hémiptères (Hemiptera) sont :

  • des antennes longues,
  • des pièces buccales piq
Category : La garrigue méridionale | Comments (0) | Write a comment |

Castillon du Gard

Added 20/10/2009




http://www.castillon-du-gard.fr/images/en-tete_logo.gif

Vue aérienne du village de Castillon

Avant la fondation du village de Castillon, différentes occupations humaines ont été reconnues.
La plus ancienne trace d'occupation humaine daterait du Paléolithique Supérieur (Magdalénien -16000/-10000) trouvée sur le site de Fontgrasse entre Castillon et Vers (fouillée par F. Bazile dans les années 1980).
Durant le Néolithique, une importante "station" aurait été découverte sur le plateau de Castillon dans les années 1910. Pour cette même période, une grotte (aux Escaravassons) datant du Fontbouisse a été fouillée en 1975 et a livré un abondant matériel. Les prospections pédestres révèlent que la plaine est également occupée. Une dizaine de "sites" ont été ainsi repérés.
L'Age du Fer et la période républicaine semblent moins présents. Les sites actuellement découverts sont de petites dimensions cependant une possible agglomération existait vraisemblablement sur le versant ouest du relief de Castillon. En revanche, le Haut et Bas-Empire sont des périodes bien représentés avec la mise en place de deux villae importantes (La Gramière, La Croix de Fenouillet); des occupations plus modestes (habitats, bâtiments annexes, atelier...) sont connues.
Enfin, durant le haut Moyen Age, deux hameaux se développent avec la création des chapelles de St Caprais et St Christophe.


La première mention du village de Castillon du Gard remonte à 1207. Le site est signalé comme un castrum, (Castrum Castelione) c’est à dire un lieu fortifié. En 1211, on apprend que Castillon constituait une possession de l’église d’Uzès. La Seigneurie du lieu appartenait au Prévôt de la cathédrale d’Uzès, qui possédait à Castillon une maison défendue par une herse. Ne nous sont parvenus de cette agglomération primitive que quelques traces : la chapelle située au nord-ouest, probablement aussi la porte située à l’est (le portalet). Le site de Castillon était défendu par un rempart dont des tronçons sont conservés sur la façade orientale du village. Le tronçon sud du rempart a complètement disparu, mais son tracé correspondait à peu près à celui des façades des maisons qui bordent au nord la place du village.

La population s’est rapidement concentrée dans le village, vidant les deux hameaux de la plaine, Saint-Caprais et Saint-Christophe, de l’essentiel de leurs habitants. Au XIVe s., il ne semble plus y avoir d’habitations autour de Saint-Caprais, tandis que Saint-Christophe est occupé par une communauté religieuse. Les textes gardent la mémoire de querelles qui ont pu exister à cette époque entre Castillon et les communautés environnantes. Ainsi en 1307, les consuls de Castillon portent plainte au sénéchal de Beaucaire contre le viguier de Valliguières qui leur avait fait saisir plusieurs charges de sel.

Le XIVe s. a été comme dans tout le Languedoc une période difficile. A la guerre contre les Anglais (guerre de Cent Ans), s’ajoutent les brigandages des « routiers » et la Peste Noire, qui a décimé au milieu du siècle une part importante de la population. C’est dans cette situation misérable que les Castillonnais se révoltent à la fin du XIVe s. contre des collecteurs d’impôts envoyés par le sénéchal de Beaucaire.

Au XVIe s., les Guerres de religion eurent des répercussions très importantes sur le village. Les Catholiques et les Protestants se disputent âprement le site stratégique de Castillon. Les protestants s’en emparent en 1568. En 1570, il est repris par l’amiral de Coligny (parti catholique). Les protestants d’Uzès le reprirent le 27 mai 1575, mais les Catholiques s’en emparèrent à nouveau au mois de mars 1580. En 1626-28, Castillon tombe entre les mains du Duc de Rohan qui démantèle le village et ses fortifications. Les murs d’enceinte du village seront cependant réparés un siècle plus tard, en 1720, à la demande des consuls du village.

Au milieu du XIXe s., l’accroissement de la population nécessita la construction d’une nouvelle église. Sa construction s’acheva en 1865. Située au sud-ouest du vieux village, elle mélange des influences romanes et gothiques. Peu de temps après, le village fut durement touché par le phylloxera, qui détruisit une partie du vignoble.

La commune a été occupée par les troupes allemandes durant la seconde Guerre Mondiale. Ils avaient établi leur quartier général, non loin de Castillon, au Château de Saint-Privat. Un poste radio émetteur était installé près de l’ancien Moulin à vent, ainsi qu’un dépôt d’armes dans les garrigues, à l’ouest du village. A la libération, le village échappa de peu à la destruction. En effet, les Allemands avaient prévu de faire sauter le dépôt d'armes. Les fils qui reliaient les îlots de munitions furent heureusement sectionnés par des Résistants.

LE VILLAGE PITTORESQUE

http://images.travelnow.com/hotelimages/s/033000/033133A.jpg http://www.villagesdefrance.free.fr/dept/dept_images/ph30_castillondugard.jpg
Castillon du Gard  Castillon du Gard http://www.gard-provencal.com/images/vv/castillon1.jpg 
http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:KfIeU4Neuy8O0M:http://i1.trekearth.com/photos/60521/lion.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b7/Village-eglise-alpilles-provence.jpg/300px-Village-eglise-alpilles-provence.jpg  http://lechenet.free.fr/Archives/Villages/images/thumbnails/thumbnail71.jpg

PATRIMOINE

Le centre ancien du village avec ses rues pavées, ses gargouilles, son ancienne tour de garde, son ancienne porte.

http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/porte_petit.jpg http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/fontaine_petit.jpg 

La place avec ses oliviers centenaires, l'église, la chapelle romane, la maison des remparts (XVI-XVIIème), le moulin à vent,
http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/stcapres_petit.jpg http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/moulin_petit.jpg
la chapelle de St-Caprais (500 mètres du village au coeur du vignoble des côtes du Rhône), les remparts...

http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/Castillon-11.jpg

http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/la_poste_petit.jpg http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/rue1.jpg  http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/village_vignes_petit.jpg

Archéologie et architecture - les sites


La chapelle Saint Christophe                          La GRAMMIERE Période Romaine                 
http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/archeo_stchristophe_petit.jpg http://www.castillon-du-gard.fr/images%20diverses/photos/gramieregl.jpg

COMMUNAUTE DES COMMUNESDU PONT DU GARD

SITUATION GEOGRAPHIQUE :

De part sa situation géographique, Castillon du Gard se situe au carrefour des grandes rencontres touristiques.
Castillon du Gard est situé respectivement à 22 km de Nîmes et à 22 km d'Avignon ainsi qu'à 15 km d'Uzès.
A proximité du Pont du Gard (2 km) mais aussi de la camargue, des cévennes et du lubéron.
Services autoroutiers à Remoulins

HISTORIQUE :

Lapremière mention du village de Castillon du Gard remonte à 1207. Lesite est signalé comme castrum, (Castrum Castelione) c'est à dire unlieu fortifié. En 1211, on apprend que Castillon constituait unepossession de l'église d'Uzès. La Seigneurie du lieu appartenait auPrévôt de la cathédrale d'Uzès, qui possédait à Castillon une maisondéfendue par une herse.
Ne nous sont parvenues de cetteagglomération primitive que quelques traces : la chapelle située aunord-ouest, probablement aussi la porte située à l'est (le portalet).Le site de Castillon était défendu par un rempart dont des tronçonssont conservés sur la façade orientale du village.

Castillon_10b.jpgLapopulation s'est rapidement concentrée dans le village, vidant les deuxhameaux de la plaine, Saint-Caprais et Saint-Christophe, de l'essentielde leurs habitants. Au XIVème siècle, il ne semble plus y avoird'habitations autour de Saint-Caprais, tandis que Saint-Christophe estoccupé par une communauté religieuse. Les textes gardent la mémoire dequerelles qui ont pu exister à cette époque entre Castillon et lescommunautés environnantes. Ainsi en 1307, les consuls de Castillonportent plainte au sénéchal de Beaucaire contre le viguier deValliguières qui leur avait fait saisir plusieurs charges de sel.

LeXIVème siècle a été comme dans tout le languedoc une période difficile.A la guerre contre les Anglais (guerre de Cent ans), s'ajoutent lesbrigandages des routiers et la Peste Noire, qui a décimé une partimportante de la population.

Au XVIème siècle, les guerres dereligion eurent des répercussions très importantes sur le village. Lescatholiques et les protestants se disputent âprement le sitestratégique de Castillon. Les protestants s'en emparent en 1568. En1570, il est repris par l'amiral de Coligny (parti catholique). Lesprotestants d'Uzès le reprirent le 27 mai 1575, mais les catholiquess'en emparèrent à nouveau au mois de mars 1580. En 1626-28, Castillontombe entre les mains du Duc de Rohan qui démantèle le village et sesfortifications. Les murs d'enceinte du village seront cependant réparésun siècle plus tard, en 1720, à la demande des consuls du village.

Aumilieu du XIXème siècle, l'accroissement de la population nécessita laconstruction d'une nouvelle église. Sa construction s'acheva en 1865.Située au sud-ouest du vieux village, elle mélange des influencesromanes et gothiques. Peu de temps après, le village fut durementtouché par le phylloxera, qui détruisit une partie du vignoble.

PATRIMOINE :

Castillon_Mairie_001.jpgCentre ancien du village avec ses rues pavées, ses gargouilles, son ancienne tour de garde, son ancienne porte.
Laplace avec ses oliviers centenaires, l'église, la chapelle romane, lamaison des remparts, le moulin à vent, la chapelle Saint-Caprais et lachapelle Saint-Christophe.
La garrigue pour les promenades à cheval, à vélo
Son GR 63 qui relie le Pont du Gard, les sentiers de l'Articoyse, du Puits Neuf.

ARCHEOLOGIE :

Son site : la villa romaine de la gramière

ECONOMIE :

Castillon du Gard possède :

  • des carrières de pierres, (SNET, THOMANN, MERIDIONALE)
  • une plaine viticole dans les Côtes du Rhône, (CAVE ST HILAIRE)
  • une cave d'embouteillage de vins qui exporte jusqu'en Chine, (CIE RHODANIENNE)
  • une maison de retraite (MARPA)
  • un centre de formation et d'orientation avec plus de 200 élèves en alternance (MFR)
  • une école primaire
  • tous commerces ( EPICERIE, TABAC JOURNAUX, BOULANGERIE, BOUCHERIE, COIFFURE, ANTIQUITES, BAR ETC…)
  • divers artisans (ELECTRICITE, PLOMBERIE, PLACO PLATRE, MACONNERIE, MENUISERIE, PAYSAGISTE ETC…)
  • plusieursrestaurant (CLOS DES VIGNES, AMPHITRYON, LES JARRES, LA TREILLE DEL'ABBE, L'AUBERGE DE CASTILLON, LE VIEUX CASTILLON etc…)
  • une agence postale
  • un cabinet d'infirmières
  • un cabinet de kinésithérapeutes





 

 

 

 

Category : La garrigue méridionale | Comments (0) | Write a comment |

VILLAGES DE LA GARRIGUE (Poulx)

Added 19/10/2009


http://www.ville-poulx.fr/iso_album/architecture-passage-ruelles-alpes-eze-_12_765x300.jpg

POULX CAPITALE DE LA GARRIGUE

http://www.nimausensis.com/Germer_Durand/premiere.gif

http://www.ville-poulx.fr/iso_album/capitelle_2.jpg

http://www.gites-nimes.com/images/gite-pont-du-gard-olivette.jpg  http://www.gites-nimes.com/images/gite-pontdugard-rue-poulx.jpg  http://www.gites-nimes.com/images/gite-pontdugard-place-poulx.jpg

Situé à 10 kilomètres au Nord Nord Est de NIMES, le village est àune altitude moyenne de 180 mètres. Le terrain est un massif calcaire.Le relief est constitué de plateaux couverts de chênes verts,d’arbousiers, de buis et filaires. Le terrain est argilo calcaireteinté par l’oxyde de fer. On rencontre des calcaires durs et desmarnes. Ce sous-sol calcaire a pour origine l'accumulation, pendant desmillions d'années, de couches sédimentaires déposées par la mer quirecouvrait toute cette région. Sur les points hauts, la roche estpratiquement apparente, seules les petites vallées possèdent une couchede terre végétale. Plus au Nord, à proximité du Gardon, de grandesfalaises gris clair surplombent cette rivière .

Ensoleillement : La moyenne annuelle est de 2800 heures. Les durées"d'insolation continue" peuvent atteindre 2 mois. Sur cette région leciel n'est totalement couvert que 36 jours par an. Le vent de secteurNord ou Nord nord ouest est assez fréquent.

Source: Livre l'Appel de la Garrigue. / Gérard JOYON en 1989. Unepartie du territoire de POULX, au Nord, est à proximité immédiate duGardon. Pour connaître un peu mieux cette rivière, voir Gardon sur cesite. Le camp national des Garrigues,sur sa partie "EST" "NORD EST"setrouve sur la commune de POULX.(Voir Camp des garrigues Joyon GérardPatrimoine)

Les communes de Nîmes, Cabrières et Marguerittessont limitrophes à la commune de Poulx. Ses habitants s'appellent desPoulxois et Poulxoises. Poulx est l'une des 79 communes membres duSchéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Évolution démographique
(Source : INSEE)
19621968197519821990199920062009
1601903827231 6303 1484 0955 524


Poulx et la Garrigue

http://www.sauvegarrigue.com/images/garrigue1.jpg

 
http://www.sauvegarrigue.com/images/clapas.jpg  http://www.sauvegarrigue.com/images/garrigue3.jpg

Elleémerge de la plaine comme une île rocheuse, sèche et collineuse, c'estun écosystème évolutif. Le paysage des garrigues, tel qu'on peut levoir aujourd'hui, est issu d'une organisation ancestrale. En s'adaptantau développement urbain et aux crises économiques de la région, lagarrigue n'a pas fondamentalement changé.
 
Par l'abandon del'exploitation de la forêt et du pastoralisme, elle est devenue unmilieu fermé. Son sous-bois non entretenu est souvent impénétrable etsensible au feu. C'est le risque majeur de notre garrigue. Protégernotre environnement du feu c'est d'abord une prise de conscience, ilpeut surgir de n'importe où en été, surtout en période de mistral et desécheresse.

L'Eglise classée du XIème siècle

Eglise des XIIème et XVIIème siècles (inscription MH 27 septembre 1972), propriété de la commune.

Une Eglise classée Du XI ème siècle Dès l’époque Romaine, le village dePoulx,situé à 12 Kms de Nîmes, comptait de nombreux habitants du faitde sa proximité de l’aqueduc romain. Mais c’est surtout au Moyen-Âge,Et en particulier aux XI, XII et XVII siècle, qu’il connu un importantdéveloppement. L’église actuelle date de cette époque (XI siècle).Sobre et classique, elle est de style roman, construite en pierres dela région. Un style et un mode de construction que l’on retrouve danscertaines églises cévenoles. A l’origine, le Choeur se trouvait à laplace d’une des anciennes entrées,obturée depuis quelques années afin de consolider l’édifice. Elle a étéremplacée par l’armoire logeant la sonorisation tandis que l’entréeactuelle se situe au centre de la nef. A l’époque, cette dispositionrespectait la règle de l’orientation. Cette église possède une touradossée, dont le contrefort extérieur est certainement l’un deséléments. Tour de guet ou plus précisément lanterne des morts, uncimetière jouxtant alors l’église… Celle-ci, jadis fortifiée,appartenant, avant la dévolution des biens de l’église aujourd’huipropriété de la commune, au diocèse et l’archiprêtre de Nîmes en étaitle prieur curé. Démantelée par les protestants en 1577, elle futreconstruite en 1618, elle fut à nouveau occupée En 1629 par lesProtestants qui en furent chassés par les soldats catholiques qui s’yintroduisirent par les toits… Cela dura peu et en décembre de la mêmeannée, les protestants l’investirent à nouveau et firent prisonniersles soldats catholiques. Le 13 janvier 1703, les camisards incendièrentet pillèrent l’église ainsi que 14 maisons du village. 11 personnesfurent massacrées. Une femme fut brûlée vive avec son enfant. Certainshabitants se réfugièrent alors dans les grottes voisines. Par décret du5 décembre 1848, la paroisse de Poulx fut érigée en succursale dudoyenné de Marguerittes. Elle fait partie, aujourd’hui, du districtdiocésain de Nîmes Est qui comprend également Courbessac et le Mas deMingue. En 1973, l’Eglise de Poulx fut classée par les MonumentsHistoriques. A l’intérieur, on trouve une sépulture, sans doute celled’un riche bienfaiteur tandis que, sur le côté droit, enchâssée dans lemur, on voit une plaque sculptée portant les armoiries du ChapitreCathédrale de Nîmes, rappelant la restauration de l’église par lessoins du chanoine sacristain Léon TRIMUNDUS Prieur Recteur de laparoisse de POULX.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Poulx_France_languedoc.JPG/250px-Poulx_France_languedoc.JPG

 

Le Camp des Garrigues

Le mas de Cabanes est restauré par le service du Génie en 1982. Cette propriété avait été achetée en 1945 à la famille De Larminat. Poulx en mémoire Eouze de Poulx MAS de Cabanes Page 4 Gérard JOYON 2002.

En 1976 l'Armée fait l'acquisition du mas de Fonfroide(vendu par M. Paindavoine), faisant limite avec Poulx, 57 hectares etun corps de bâtiment (le vieux mas) détruit dans les années 1990.

6 ruines d'anciens Mas, acquis au début du XXe siècle dressent encore quelques vieilles pierres. Mailhan Seynes , Théron, L'Oume, Cascaret Mange-loup.

Le mas St Nicolas fut acquis au début des années 1950. Il est limitrophe à Sainte Anastasie et à Nîmes .

Trois routes importantes longent ou traversent le camp : la route d'Alès, la route Nîmes Uzès, la départementale 127 reliant Nîmes et Poulx.

  http://www.sauvegarrigue.com/images/source.jpg

 

 


 

 

 

 

Category : La garrigue méridionale | Comments (0) | Write a comment |

| Contact author |